menu
close search popup

Comment arroser intelligemment son potager et son jardin

Auteur : NdK

Le 07/03/21

Lectures : 202

      Voici mes astuces pour éviter le gaspillage, s'économiser une corvée, maitriser sa facture d'eau et trouver une solution pour arroser ses extérieurs même absents.

1- 5 actions pour maitriser l'arrosage et ses dépenses

Voici un tour d'horizon des solutions qu'il conviendra de mettre en place pour gagner du temps, économiser de l'argent et des ressources. Oui même si on ne s'en rend pas bien compte dans toutes les régions de France, l'eau est un bien précieux qui faudrait éviter de gaspiller.

Pour ceux qui n'auraient pas à disposition un puit avec de l'eau qui remonte à l'année, voici les solutions pour l'arrosage que vous pouvez mettre en place chez vous :

8-

Economiser l'eau : l'arrosage goutte à goutte

Pour celui qui arrose régulièrement au jet d'eau, l'arrosage goutte à goutte est une solution essentielle à mettre en place. Avec un asperseur, il faut compter 1h ou plus d'arrosage quasi quotidiennement sur les périodes où il est indispensable d'arroser sa pelouse, son potager ou sa serre de jardin.

Celui qui n'a pas le temps ou la patience d'arroser à l'arrosoir, mais qui ne veut pas faire un open bar sur l'eau au risque de voir sa facture d'eau exploser se tournera forcément vers des solutions de type goutte à goutte. Bien réglé ce dispositif apporte juste la quantité d'eau nécessaire.
C'est donc un investissement bénéfique.

Cependant seul cela ne suffit pas. Car on est pas toujours chez soi ou disponible pour arroser ses extérieurs quelques heures par jour. Sans dispositif de programmation, il y a fort à parier qu'il y aura des oublis fréquents que ce soit pour ouvrir ou fermer l'arrosage automatique.

9-

Le progammateur d'arrosage : l'autre solution miracle

Un dispositif d'arrosage c'est bien beau, encore faut-il penser à l'actionner, ou à faire en sorte qu'il ne s'allume pas quand il pleut !
Le programmateur d'arrosage c'est la solution confortable. Une fois l'installation du réseau de tuyaux durs et flexibles, des tuyères d'arrosage, il restera qu'un dernier effort pour accéder au saint graal, la sonde d'humidité et la connexion à un dispositif de prévision météo.
Dans les régions où les ressources en eau se font rare, cet achat fait figure d'un investissement éco-responsable.

10-

Ah et pour les indécis, la maitrise de sa consommation d'eau, cela commence par éviter les fuites, donc avec l'usage d'un marériel d'arrosage en bon état.

2- Pourquoi il est important de prévoir des solutions d'arrosage de son jardin

Collecter l'eau de pluie, c'est l'idée la plus commune que vous avez certainement envisagé de faire avant même de lire cet article. En effet, l'eau de pluie est gratuite, elle tombe partout et excepté pour les fortes pluies intenses et brèves, elle apporte un arrosage progressif et qui humidifie le sol en profondeur pour plusieurs jours.
Le problème, c'est qu'en cas de trop fortes chaleurs, de précipitations trop rares, et de sol qui n'a pas une capacité à retenir suffisamment longtemps l'eau (sol sablonneux qui draine trop, sol argileux trop imperméable), il faudra apporter le complément d'eau en arrosage / irrigation.

Consommation d'eau

3- Arrosage : Les solutions de collecte et stockage de l'eau

Pour profiter de l'effet d'opportunité des eaux pluviales, il faudra d'une part une zone de collecte de ces eaux de pluie. Un toit avec une gouttière sera parfait.
Il faudra d'autre part une réserve de stockage. Compter pour surface 100m2 de toit une cuve de 1000L de contenance.

Toute la difficulté sera de stocker les réserves d'eau suffisamment en hauteur pour permettre un arrosage gravitaire.

La solution la plus basique sera d'installer des cuves cubiques blanches de 1000L que l'on voit dans les champs.

Stockage d'eau les solutions économiques :

Les bidons bleus : il s'agit de bidons alimentaires de 200L dont une surface à été découpée. Il est possible d'en récupérer cependant il faudra les coupler par un dispositif de trop plein en cascade pour éviter trop de perte.

Les cuves de récupération : il s'agit de cuves multi-usages car elles sont transportables. Il est possible d'en trouver d'occasion ou en neuf ce qui peut être une astuce pour celui qui n'est pas équipé pour le transport d'un objet aussi volumineux.

Les cuves de stockage de surface ou à enterrer : Les cuves de surface sont adaptées pour arroser les abords d'une maison. Il est possible de trouver des bons prix sur internet pour des colonnes d'eau plutôt réussies grâce à un design prévu pour être suffisamment discret ou esthétique même sur une terrasse.

En revanche pour un potager ou un gazon dans une région chaude il faudra stocker un grand volume d'eau pour arroser lorsqu'il pleut le moins. Dans ces cas mieux vaut donc miser sur une capacité de stockage conséquente, de l'ordre de 3000 à 6000L voire plus suivant l'exposition, le sol, le type de plante à arroser, l'exopsition au vent.
Dans le cas de cuves à enterrer, le mieux sera de prévoir un espace dès la construction ce qui peut limiter les dépenses d'installation de la cuve. L'avantage de ce dispositif est le gain de place et la discretion visuelle. L'inconvénent est qu'il faudra prévoir une pompe de surface ou une pompe immergée pour sortir l'eau de la cuve avec un débit suffisant pour l'arrosage.

4-


Pour s'assurer un minimum de débit, l'astuce sera de les installer suffisamment en hauteur. Il est difficile de recommander un lieux spécifique car il y a aurant de solutions que de configurations. Le plus courant sera donc d'installer une cuve du bâtiment le plus haut. Plus rare, sur un toit de garage pourvu qu'il soit prévu pour supporter des charges importantes. 3 cuves de 1000L c'est tout de même 3 tonnes !
Autrement la solution la plus répendue sera sur une structure robuste permettant au minimum : de glisser confortablement un arrosoir dessous pour remplissage, dans l'idéal, de permettre un débit suffisant dans le tuyau d'arrosage.
La règle de base sera que la sortie de la cuve soit plus haute que la sortie du tuyau d'arrosage. Compter sur une pente douce et au moins 1 m pour que cela fonctionne, voir un peu plus pour avoir du débit.

6- Economiser l'eau : alternatives à l'arrosage

En plein été, la question de l'eau devient une question majeure pour celui qui n'a pas un accès direct et illimité à une nappe de pompage ou un cours d'eau avec un droit de puisage.

Il sera possible de pallier à la sécheresse et au manque d'eau en additionnant différents dispositifs d'arrosage et d'économie d'eau. Parmis eux je peux citer :

Les Oyas : Les oyas sont des récipients en terre dont la relative porosité permet de diffuser doucement l'eau dans le sol. Pour être précis, c'est le sol qui en s'asséchant va capter l'humidité de l'oyas.

Le problème d'un arrosage à l'arrosoir ou au jet d'eau c'est que l'arrosage se fera de manière abondante et ponctuelle. L'eau va ruisseller en surface, pénétrer dans le sol ou s'évaporer laissant place à un sol qui sera rapidement trop sec pour les racines des plantes. C'est donc une grande quantité d'eau consommée pour un résultat médiocre.
Un arrosage trop abondant, ça fait un peu cet effet :

A l'inverse l'oyas apporte ce qu'il faut, quand il faut et où il faut. Si l'oyas est bien conçue et adaptée, c'est le sol qui va réguler l'apport en eau.

Oyas

7-

Economiser l'eau : Le paillage

Si un binage vaut deux arrosage et si un bon paillage vaut deux arrosages, combient un bon paillage veut-il d'arrosage ?

Regardez un système écologique fonctionner, le sol n'est jamais à nu. Or pour éviter que les herbes indésirables poussent plus rapidement que les plants de culture nous avons cette habitude de porter le sol à nu. En conséqunce, il chauffe plus vite, sans couverture végétale, il va aussi sécher plus vite, durcir en surface, devenir plus imperméable à l'eau et peu profitable à la croissance des plantes.

Un bon paillage s'obtient avec une couverture végétale. L'apport est multiple : un entrant de matière organique, une protection du sol contre l'érosion, la possiblilté de conserver l'humidité et la fraicheur plus longtemps.

Un bon paillage peut être obtenu soi à partir de copeaux de bois et de foin d'herbe. Si vous n'avez pas ça, vous pouvez acheter une balle de foin chez un paysan, des sacs de pailles de chanvre habituellement prévus pour la construction à l'ancienne.

back to top