menu
close search popup

Semez, cultivez, récoltez (les graines) : Le guide pour réussir à fair...

Auteur : NdK

Le 08/08/23

Lectures : 346

      Gagnez en autonomie au potager en collectant vos propres graines et pour préparer vos semis de la saison prochaine. Voici une démarche facile et accessible à tous si...

Si la question du jardin bio, vous intéresse, vous réalisez déjà un jardin ou êtes sur le point de vous lancer. Si vous hésitez ou si vous ne savez pas par où démarrer, vous êtes au bon endroit.

Il est normal d'avoir une vision un peu floue au départ et de ne pas savoir par où commencer.
Vous allez voir, cultiver un jardin bio, c'est initier une démarche avec ses tâtonnements, réussites et échecs. Certains diront une aventure, d'autre une construction progressive ou une voie un peu dans l'esprit d'une vocation.
Chacune de ces facette réunit un ensemble de pratiques à découvrir, tester, améliorer, adapter à son terrain, de belles rencontres et un cheminement intellectuel qui peut entrainer jusqu'à des changements de vie.

Derrière la question du jardin bio, se cache celle de la permaculture qu'il convient d'éclaircir avant d'aller plus loin :

Ressemer sa propre récolte, une bonne idée ? Qu'en est-il en pratique ? On fait le point sur produire ses propres graines et semences quand on est un particulier. Les professionnels doivent verser une taxe à l'état Français, pour obtenir un certificats d’obtention végétale (COV) et acheter des semences auprès de fournisseurs type Bayer-Monsanto.

Quelles graines pour commencer ?

Vous pouvez commencer avec les classiques comme les légumes-fruit, tomates, poivrons, piments, ou les courges. Des semis comme haricots, salades, petits-pois, concombre et tant d'autres peuvent être intéressants.

Récolte de pommes de terres du jardin

Pourquoi récupérer ses graines ?

Pour faire perdurer une pratique multi-millénaire

Faire ses semences, est une pratique ancestrale et vitale. Cette la résilience et ça les anciens l'avaient bien compris. Après une parenthèse d'agriculture "Performance", l'agriculture "Luxe" revient Pour faire perdurer les gestes de nos grands-parents, En agriculture vivrière, il était indispensable de mettre de côté une partie de ses récoltes pour la plantation de l'année suivante. Le restant pouvait servir à l'auto-consommation, au troc ou à la vente.

Aujourd'hui les choses sont différentes. Si l'on veut cultiver des tomates, il est possible d'acheter des plans déjà robustes proche de la floraison voire avec des fruits quasi formés.
Vous pouvez aussi bien partir des graines simplement en passant une commande Internet ou en effectuant un achat en supermarché spécialisé. Il faudra alors les planter deux mois avant la mise en terre, en utilisant des petits godets, à arroser régulièrement et à rempoter.
Ces solutions sont pratiques mais vous restez dépendants d'un tiers. Le problème, c'est que souvent ses semences sont non reproductibles.
De plus, les plantes ont une capacité d'adaptation aux conditions locales et les informations sur leur adaptation s'inscrit dans dans leur patrimoine génétique..
Il faut plusieurs générations de reproduction pour qu'une plante se "bonnnifie".
Vous aurez donc tout intérêt de cultiver des espèces et les faire se reproduire sur plusieurs années, en sélectionnant les meilleurs pieds.

Semence : graine germée

Pour gagner en autonomie

L'autre aspect est lié à l'indépendance et l'autonomie. Pour confier à d'autre ce qui peut être fait soi ? En permaculture, on recherche toutes les astuces pour améliorer le sol, minimiser l'effort humain et valoriser les interactions entre les éléments.
Si vous vous intéressez au paillage, au compostage, aux solutions d'amendement du sol, au troc de plants voire au bouturage et marcotage, à installer des plantes vivaces, alors vous serez forcément intéressés par faire vos propres semis.
Collectez vos propres graines ! C'est facile, accessible à tous, peu onéreux et pouvez réaliser de belles économies. Vous pouvez vous lancer, collecter, stocker, diffuser ou troquer vos semences.

Pour réaliser des économies

Sur le papier, c'est top. Vous n'avez plus à acheter de semences.
En réalité, il faudra faire l'effort de trouver les semences reproductibles (pas de F1, HF1, hybrides).
Dans l'idéal, privilégiez les semences paysannes, de légumes anciens, déjà cultivées localement.
Elle seront déjà adaptées aux conditions de sol et de climat.

Il faut bien démarrer de graines un jour. Plutôt que de vous casser les dents sur l'aubergine, commencez par les semences les plus simples comme les tomates.
Certaines grainothèques permettent le troc de semences. Ces initiatives locales se multiplient un peu partout.
Rapprochez-vous des professionnels de votre secteur notamment les semenciers, maraichers, pépinières. N'hésitez pas à discuter avec interlocuteurs, ce sont souvent des passionnés ayant des connaissances avancées sur les semences, plantations, entretien du potager, récoltes.

En permaculture, on recherche aussi les complémentarités, l'efficience au travers des bons voisinages mais c'est un autre sujet.

Par où commencer ?

Vous récoltez vos fruits, libre à vous de garder quelques graines des fruits les plus savoureux pour les cultiver l'année suivante.

1. Cibler les semences reproductibles

Toutes les semences ne se valent pas. Ciblez les bonnes semences reproductibles.

2. Eviter les hybridations

Toutes les proximités ne se valent pas.
Vous devrez apprendre à identifier les variétés, prévenir les croisements pour éviter les hybridations (et ainsi conserver l'espèce).
Pour cela, vous pouvez effectuer votre rotation des cultures par année. Cela offre deux avantages : faire tourner son stock de semences.
Répartir les cultures entre les voisins avec le problème des insectes pollinisateurs qui peuvent intervenir sur 2 km de distance.
L'objet n'est pas de détailler toutes les affinités et contre-associations de culture, il existe des ouvrages spécialisés pour cela.

3. Cultiver jusqu'à maturité

Vous devez atteindre l'étape de la montée en graine, la fructification au delà de l'aspect mur "supermarché".

Quand vous cultivez vos salades, les faites-en monter un ou deux plans en graines. Vous collectez les graines, les conditionnez.

3. Récolter, conditionner, stocker

  • Sélectionner les meilleurs porte-graines :
    En choisissant des graines, vous pratiquez la sélection génétique. Autant faire ce peu, privilégiez les porte-graines vigoureux, offrant une belle production de fruits savoureux.

  • Techniques de récolte
    Chaque plante peut avoir sa particularité. Vous pouvez conserver un épi de maïs, une fleur de poireau, des graines de tomates séchées.
  • Technique de séchage des graines pour assurer leur meilleur conservation
    La règle général est le séchage sur pied, voire à l'air libre dans une pièce ventilée.
    Vous avez certainement eu des belles réussites. Partagez vos astuces par notre formulaire de contact et ils seront ajoutés ici !
  • Etiquetage

    Vous allez multiplier les variétés, les années. C'est donc important d'être organisé dès le début pour éviter de perdre trace des variétés. Il existe un petit modèle à télécharger librement d'enveloppe papier qui s'obtient par pliage à partir d'une forme carrée.

    Notez, nom de la variété, lieu de culture, année, type de sol, type d'ensoleillement (soleil, mixte, ombragé).

  • Conservation
    Au noir dans une pièce au sec, avec température homogène, loin de toute colle de bois aggloméré, panneau de particules

Les bonnes pratiques

Le sujet vous intéresse et il vous manque des informations pratiques que nous ne pouvons pas toutes détailler dans cet article ? Complétez ces pratiques par des ouvrages ou par un stage. Ils sont encore peu nombreux mais remportent de plus en plus de succès. Vous pouvez trouver une mine d'informations dans l'ouvrages Semences de kokopelli.

Produire ses graines bio: Légumes, fleurs, aromatiques et engrais verts

Graines: Tous les savoirs, toutes les histoires, tous les pouvoirs
de Serge Schall chez Terre Vivante

Ressource incontournable sur la germination. Si de nombreuses graines nécessitent des températures de 10 à 12°C pour activer la germination quand d'autres plantes ont besoin d'atteindre 28°C et un taux d'humidité important. Sauriez-vous vous lancer ? Le calendrier de germination inclus pourrait vous aider.

Faire ses graines c'est facile !: Autonomie au potager

Savez-vous collecter vos graines pour faire vos semances ? Grainaille vous délivre un ensemble de connaissances pratiques pour arriver à vos fins.

FAQ

Est-ce interdit de récolter ses propres graines ?

Aucune loi n'interdit de récolter ses propres graines. Vous pouvez très bien cultiver et faire perdurer une espèce végétale chez vous. En revanche, les professionnels ne doivent vendre que de semences dont le nom figure sur une liste de graines autorisées dans un catalogue officiel.
Cela conduit à une standardisation. Certains légumes anciens on disparu ou sont difficiles à trouver. C'est une forme de confiscation du patrimoine vivant, culinaire et gastronomique.

Depuis 1932 il n'était pas possible pour les agriculteurs de revendre leurs propres semances au profit de semances brevetées et standardisées.
A partir du 11 juin 2020, la vente de ces "semances paysannes" est à nouveau autorisée.

Comment savoir si les graines sont reproductibles ?

Certaines graines sont des "coquilles vides". Inutile de les garder, elles ne se germeront jamais. Pour savoir si les graines ont des chances de donner naissance à une plante, il suffit de les placer dans un récipient d'eau. Celles qui flottent sont vides. Celles qui coulent ont suffisamment de réserves pour démarrer une germination.
Attention cependant aux plantes mucylagènes comme le Chia. Elles risque d'absorber un gros volume d'eau.

Quelques années après la récolte, la graine va perdre de son pouvoir germinatif. Tout dépend de l'espèce. Certaines peuvent être gardés un à deux ans quand d'autres peuvent encore germer plusieurs années après récolte.

Mes graines ne germent pas, est-ce normal ?

Les conditions pour la germination peuvent varier. La majorité des graines germent à 10 - 12°C. D'autres ont besoin de 20° voire juqu'à 28°C pour certaines rares plantes. C'est pourquoi il faut bien se renseigner avant de se lancer.

back to top